Home | BAC/Teze | Biblioteca | Jobs | Referate | Horoscop | Muzica | Dex | Games | Barbie

 

Search!

     

 

Index | Forum | E-mail

   

 Le mot Internet est apparu en France en 1996 et il a fait rapidement fortune dans les medias. Un an apres, une enquete revelait que 70% des 18-24 ans etaient interesses a Internet. Bienvenue sur ScoalaOnline !

 

 
 
 
 
 Meniu rapid  Portalul e-scoala | CAMPUS ASLS | Forum discutii | Premii de excelenta | Europa





 

 

 

Retour à l'index

Le moyen français
Une période sombre (XIVe et XVe siècles)


Avec les XIVe et XVe siècles, s'ouvrit une période sombre pour la France, qui sombra dans un état d'anarchie et de misère. C'est l'une des époques les plus agitées de l'histoire au point de vue socio-politique: guerre de Cent Ans avec l'Angleterre, guerres civiles, pestes, famines. Pour la langue, qui est en pleine mutation, cette période constitue une phase de transition entre l'ancien français et le français moderne. Hors de France, l'Église était compromise par des abus de toutes sortes et des désordres scandaleux qui lui firent perdre son crédit, pendant que l'Empire ottoman mettait fin à l'Empire romain d'Orient.

1. Les revers de la guerre de Cent Ans
Dès l'époque de Philippe le Bel (1268-1314), on avait commencé à employer le francien (français) pour les actes officiels, aux parlements et à la chancellerie royale. Ainsi, dès 1300, il se constitua une langue administrative et judiciaire qui faisait déjà concurrence au latin. Les juristes romains et les philosophes grecs furent dès lors traduits en français, en même temps que naissait une littérature comique ou satirique plus adaptée à un public moins instruit. Quant aux savants, clercs et autres lettrés, à défaut de franciser leur latin, ils continuaient de latiniser leur français.
En 1328, le dernier des Capétiens (Charles IV) mourut sans héritier. Le roi d'Angleterre fit valoir ses droits à la succession, mais Philippe VI de Valois fut préféré par les princes français (1337). Dès lors, deux rois de langue française se disputèrent le royaume de France jusqu'en 1453, ce fut la guerre de Cent Ans. Chacune des petites guerres se succéda et s’éternisa pour en déclencher une autre. Cette longue guerre de Cent Ans affaiblit la monarchie française, qui perdit plusieurs provinces au profit de l'Angleterre jusqu'à ce que les interventions du connétable Du Guesclin (1320-1380), sous Charles V, et plus tard de Jeanne d'Arc (1412-1431), sous Charles VII, redonnèrent définitivement l'avantage au roi de France; ce dernier reprit progressivement Paris (1436), la Normandie (1450), la Guyenne (1453), etc.
La France paya très cher sa victoire sur les Anglais pour récupérer son territoire. Les guerres ravagèrent le pays tout entier et ruiné l'agriculture, occasionnant la famine et la peste, décimant le tiers de la population. La noblesse elle-même perdit près des trois quarts de ses effectifs, permettant ainsi aux bourgeois enrichis par la guerre d'acheter des terres et de s'anoblir. La vieille société féodale se trouva ébranlée et un nouvel idéal social, moral et intellectuel commença à naître. La guerre de Cent Ans contre les Anglais fit naître un fort sentiment nationaliste, tant en France qu'en Angleterre. Paradoxalement, c'est en pleine guerre de Cent Ans contre les Français que les Anglais choisirent pour l'ordre de la Jarretière (officiellement appelé Ordre très Noble de la Jarretière; en anglais: The Most Noble Order of the Garte) une devise en français: «Honi soit qui mal y pense» (avec un seul n).
En réaction contre la France, l'anglais avait remplacé le français, dès 1363, au parlement de Londres. Après la défaite d'Azincourt (1415), le traité de Troyes (1420) reconnut Henry V d'Angleterre comme héritier du royaume de France. Mais Henry V fut le premier roi d'Angleterre à utiliser l'anglais dans les documents officiels; il écrivit son testament en anglais. Le français continua d'être employé oralement à la cour anglaise, car la plupart des reines d'Angleterre venaient de France. Henry V avait épousé Catherine de Valois, fille du roi de France Charles VI. Quant aux Français, s'ils étaient instruits, ils n'écrivaient plus en français dialectal, c'est-à-dire dans les langues d'oïl, mais en français ou en latin.
C'est Henriette Walter qui affirme dans son livre Honni soit qui mal y pense que, sans l'intervention de Jeanne d'Arc, les Anglais restés en partie francophones auraient pu adopter définitivement le français et transporter plus tard cette langue dans les futurs États-Unis d'Amérique et ailleurs. Même s'il ne s'agit là que d'une hypothèse, les chances du français de s'implanter en Angleterre aurait été incontournables. Ou le duc de Bourgogne ou le roi d'Angleterre aurait occupé le trône de France en lieu et place des Valois; or, des deux prétendants parlaient le français. Ayant conservé la moitié de leurs terres en France, les rois-anglais-de-langue-maternelle-française n'auraient pas eu cette réaction anti-française qu'ils ont développée par la suite, une fois «boutés hors de France» par Jeanne d'Arc. Autrement dit, la conquête de la France par les Anglais auraient assuré la pérennité du français en Angleterre grâce à la fusion des deux royaumes. Dans ce cas, le français aurait certainement dominé sur l'anglais. Par la suite, la répartition mondiale des langues aurait aujourd'hui une toute autre apparence.

2. La langue: entre la liberté et la contrainte

Cette longue période d'instabilité politique, sociale et économique favorisa un mouvement de relâchement linguistique. Tout le système de l'ancien français se simplifia. Les nombreuses diphtongues et triphtongues disparurent, se réduisant à des voyelles simples dans la langue parlée. Les lettrés de l'époque réagirent en exigeant de conserver des graphies qui ne correspondaient plus à la langue orale; seule la langue écrite conserva les traces de la prononciation de l'époque précédente dans des mots comme oiseau, peau, fou, fleur, coeur et saoul. On eut aussi tendance à restituer des consonnes doubles disparues en ancien français (p. ex., belle pour bele d'après le latin bella, flamme pour flame d'après flamma, etc.). Pour lutter contre les confusions dues, à l'initiale des mots, à l'alternance entre la lettre [u] et [v] dans la graphie, on ajouta un [h] initial, ce qui permit de distinguer des mots tels que huis de vis, huître de vitre, etc. Plus tard, au XVIe siècle, on introduisit la cédille pour distinguer la lettre [c] prononcée [k] de celle [c] prononcée [s], ainsi que les accents tels que à, â, ê, ô. L'orthographe se compliqua, malgré les efforts de certains pour la rationaliser. On observe aussi l'effritement des consonnes finales (par exemple grand prononcé antérieurement gran-ntt devint gran) et la contraction des mots (serment pour serement). Il n'en demeure pas moins que l'orthographe commença à se fixer, comparativement à l'ancien français, tout en se compliquant en même temps, et ce, malgré les efforts de certains pour la rationaliser.
La déclinaison issue du latin et réduite à deux cas en ancien français tomba également, favorisant ainsi une stabilisation de l'ordre des mots dans la phrase (sujet + verbe + complément); les prépositions et les conjonctions se développèrent beaucoup, ce qui rendit la phrase plus complexe. Les conjugaisons verbales se régularisèrent et se simplifièrent. Par rapport à l'ancien français, de nombreux mots disparurent, notamment les termes locaux.
Afin de se faire une idée des différences entre l'ancien français et le moyen français, on peut comparer ces transcriptions des Serments de Strasbourg, l'un étant une graphie du XIe siècle (ancien français), l'autre, celle du XVe siècle (moyen français):

Ancien francais (XIe siècle)

Por dieu amor et por del crestiien poeple et nostre comun salvement, de cest jorn en vant, quan que Dieus saveir et podeir me donct, si salverai jo cest mien fredre Charlon, et en aiude, et en chascune chose, si come on par dreit son fredre salver deit, en ço que il me altresi façet, et a Londher nul plait onques ne prendrai, qui mien vueil cest mien fredre Charlon en dam seit.
Moyen français (XVe siècle)
Pour l'amour Dieu et pour le sauvement du chrestien peuple et le nostre commun, de cest jour en avant, quan que Dieu savoir et pouvoir me done, si sauverai je cest mien frere Charle, et par mon aide et en chascune chose, si comme on doit par droit son frere sauver, en ce qu'il me face autresi, et avec Lothaire nul plaid onques ne prendrai, qui, au mien veuil, à ce mien frere Charles
soit à dan.

Les traits les plus marquants du moyen français concernent le lexique et l'orthographe. Le français se répandit de plus en plus en France et gagna des positions réservées naguère au latin, mais celui-ci prit sa revanche en envahissant la langue victorieuse.
Dès le XIIIe siècle, le latin savant faisait son apparition dans le vocabulaire français, mais, au XIVe siècle, ce fut une véritable invasion de latinismes. Au terme de ce siècle, les emprunts au latin sont devinrent tellement nombreux que les termes français parurent ensevelis sous la masse des latinismes. Un grand nombre de ces mots ne connurent qu'une existence éphémère (intellectif; médicinable, suppécliter), mais d'autres réussirent à demeurer (déduction, altercation, incarcération, prémisse).
C'est à cette époque que nous devons l'apparition des doublets, l'une des manifestations du renouvellement du vocabulaire au Moyen Âge. Un doublet correspond à deux mots de même origine étymologique dont l'un a suivi l'évolution phonétique normale, alors que l'autre a été emprunté directement au latin (parfois au grec) après quelques siècles. Ainsi, hôtel et hôpital sont des doublets; ils proviennent tous les deux du même mot latin hospitalis, mais l'évolution phonétique a abouti à hôtel, tandis que, quelques siècles plus tard, l'emprunt a donné hospital, puis hôpital. Le mot latin d'origine populaire est toujours le plus éloigné, par sa forme, du mot latin classique. On compte probablement quelques centaines de doublets qui ont été formés au cours de l'histoire. Nous n'en citons ici que quelques-uns; on constatera que les doublets ont toujours des sens différents, parfois très éloignés l'un de l'autre:

Mot latin

Fr. populaire/Fr. savant

absolutum

absous/absolu

acer

aigre/âcre

advocatum

avoué/avocat

auscultare

écouter/ausculter

capitalem

cheptel/capitale

capsa

châsse/caisse

captivum

chétif/captif

causa

chose/cause

claviculum

cheville/clavicule

fabrica

forge/fabrique

fragilis

frêle/fragile

frictionem

frisson/friction

integer

entier/intègre

legalis

loyal/légal

liberare

livrer/libérer

masticare

mâcher/mastiquer

ministerium

métier/ministère

operare

oeuvrer/opérer

parabola

parole/parabole

pedestrem

piètre, pitre/ pédestre

pendere

peser/penser

porticus

porche/portique

potionem

poison/potion

rigidus

raide/rigide

scala

échelle/escale

senior

sieur/seigneur

simulare

sembler/simuler

singularis

sanglier/singulier

strictum

étroit/strict

tractatum

traité/tract

Il faut voir, dans cette période du français, l'influence des clercs et des scribes instruits et puissants dans l'appareil de l'État ainsi que dans la vie économique de la nation. Ces gens, imprégnés de latin, éblouis par les chefs-d'oeuvre de l'Antiquité et désireux de rapprocher la langue parlée, c'est-à-dire celle des «ignorants», de celle représentant tout l'héritage culturel du passé, dédaignèrent les ressources dont disposait alors le français. Si les latiniseurs avaient été formés à la philologie romane, ils auraient sans doute habillé les mots «à la mode romane» (vulgaire: »peuple), mais ce ne fut pas le cas. Ces «écumeurs de latin», comme on les appelait, connurent un succès retentissant auprès des grands de ce monde, qui leur prodiguaient maints encouragements. Ces savants latiniseurs «translatèrent» les textes anciens en les accommodant à l'état du français.

Ce faisant, ils éloignèrent la langue française de celle du peuple: ce fut le début de la séparation entre la langue écrite et la langue parlée. Le français perdit la prérogative de se développer librement, il devint la chose des lettrés, des poètes et des grammairiens. Voici comment se justifiait un latiniste de l'époque, Nicolas Oresme:
Autrement dit, il convient d'user non pas de termes légers à entendre, mais souvent de mots propres en la science qui ne soient communément entendus ni connus de chacun» Oresme professait ainsi que plus les termes étaient difficiles et rares, mieux ils convenaient à des écrits savants. En supposant que 15 millions de Français étaient des sujets du roi, on peut penser que quelque 40 000 d'entre eux savaient lire et que le tiers (presque tous les clercs) de cette mince fraction trouvait l'occasion de lire les textes que nous avons aujourd'hui sous la main. On peut estimer que pas plus d'un cinquantième de la population pouvait pratiquer ce français écrit.

Le français s'est développé librement entre les IXe et XIVe siècles, mais le XVe siècle annonce déjà l'époque du «dirigisme linguistique», caractéristique du français qui va suivre. Durant ce temps, en 1452, l'Empire romain d'Orient (Byzance) fut envahi par Memeth II, empereur ottoman (avec un seul canon, le premier de l'histoire), et Constantinople devint Istambul. La population fut massacrée et les églises, transformées en mosquées.

Retour à l'index

Coordonator sectiune: Marinela Tane | Asistenti: Dan Radu | Madalina Burtan | Andreea Baranga | Isabela Stefanut
+ Asociatia Studentilor din Facultatea de Limbi Straine

 

Home | BAC/Teze | Biblioteca | Referate | Games | Horoscop | Muzica | Versuri | Limbi straine | DEX

Modele CV | Wallpaper | Download gratuit | JOB & CARIERA | Harti | Bancuri si perle | Jocuri Barbie

Iluzii optice | Romana | Geografie | Chimie | Biologie | Engleza | Psihologie | Economie | Istorie | Chat

 

Joburi Studenti JOB-Studenti.ro

Oportunitati si locuri de munca pentru studenti si tineri profesionisti - afla cele mai noi oferte de job!

Online StudentOnlineStudent.ro

Viata in campus: stiri, burse, cazari, cluburi, baluri ale bobocilor - afla totul despre viata in studentie!

Cariere si modele CVStudentCV.ro

Dezvoltare personala pentru tineri - investeste in tine si invata ponturi pentru succesul tau in cariera!

 

 > Contribuie la proiect - Trimite un articol scris de tine

Gazduit de eXtrem computers | Project Manager: Bogdan Gavrila (C)  

 

Toate Drepturile Rezervate - ScoalaOnline Romania